Bientôt une cité des objets connectés à Angers

Montre

n début d'année, alors Ministre de l’Economie Numérique Fleur Pellerin, avait annoncé son intention de créer une cité des objets connectés en France. Les équipes d’Arnaud Montebourg ont choisi Angers pour l'accueillir.


En début d'année, lors de ses vœux 2014, la ministre Fleur Pellerin alors ministre déléguée à l’Economie Numérique avait annoncé son souhait de voir s'implanter sur le territoire français, une cité des objets connectés. Le plan "objets connectés" lancé par Arnaud Montebourg dans le cadre de la Nouvelle France Industrielle se concrétise par la création et le financement de la Cité des objets connectés qui ouvrira à Angers.

Le marché des objets connectés n'est qu'au début de son développement. En 2020 près de 50 milliards d’objets connectés devraient nous accompagner au quotidien sur l'ensemble de la planète. Les objets connectés permettent aujourd'hui, depuis un smartphone, un bracelet ou une montre de recevoir des informations sur notre santé, de contrôler notre maison à distance et bien d'autres choses encore.

Cette semaine, les équipes du ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg, ont annoncé que la ville d'Angers avait été désignée pour accueillir la future cité des objets connectés.

Le projet, porté par des spécialistes du secteur comme Eric Carreel, co-fondateur Withings, et des politiques, tel que Luc Belot, député socialiste  spécialisé dans le numérique et ancien adjoint au maire d'Angers pourrait voir le jour d'ici trois ans.

« Cette cité regroupera bientôt toutes celles et ceux qui, start-up et industriels, oeuvrent déjà à la réalisation de prototypes ou de petites séries », indique Luc Belot.

Sur un même site industriel, seront réunies les fonctions design, conception et industrialisation, tout comme les compétences de production et d'intégration liées aux métiers de l'électronique, de la mécanique et de la plasturgie.

Près de 20 millions d'euros doivent être investis dans ce projet. Une soixantaine de personnes seront recrutées dans le cadre de l'ouverture de cette cité.

« Le choix de la ville d'Angers n'est pas anodin. Nous avons longuement oeuvré pour ce projet. La structuration de la filière électronique professionnelle porte aujourd'hui ses fruits et devrait permettre la création de nouveaux emplois dans notre territoire. Cette Cité des objets connectés sera une vitrine de l’excellence angevine dans le domaine de l’électronique. De plus, avec une partie dédiée à la production, il aidera à rapatrier en France la fabrication de nombreux objets aujourd’hui assemblés en Asie », s'est félicité l'ancien maire d'Angers Frédéric Béatse